Bouquet 3 D’emblée le succès : exploiter dès 1835 la vogue naissante de l’attrait parisien pour la Bretagne

 

Comment trouver des acheteurs ? En ce premier tiers du XIXe siècle, il n’est qu’une voie, royale, pour se faire connaître d’eux, c’est d’être admis au Salon à Paris. Il est remarquable de relever à ce sujet qu’il a toujours été exposé au salon, qu’elles qu’en aient été les vicissitudes,  de 1835 à 1886 ! Peu d’artistes peuvent se targuer d’une représentation aussi longue, 51 ans !

 

3/24  Epouser les courants dominants : reçu d’emblée au salon pour ses marines, médaillé trois ans après pour ses paysages

Tous les artistes et parfois les membres du jury eux-mêmes se plaignent de la sévérité des décisions du salon qui refusent nombre d’oeuvres. Ce n’est pas le cas de Michel Bouquet qui passe brillamment l’épreuve de la sélection. Il n’a que 28 ans. Il se lance dans ce qu’il connaît le mieux, la peinture des bords de mer et de sa chère Bretagne. Chance, mais plutôt de sa part accompagnement d’un courant en émergence, cette thématique coïncide avec la vogue naissante de l’attrait des élites parisiennes pour la Bretagne.

 

1 Reçu d’emblée au salon de Paris pour ses marines

1835 Marine, Vue prise au Port-Louis près Lorient, effet de brouillard, soleil levant, Huile sur toile, Salon de 1835,  Oeuvre non retrouvée

A rebours de la plupart des rapins, apprentis peintres, il n’habite pas dans un taudis, mais dans une rue du faubourg Montmartre qui fait partie d’un lotissement récemment construit appelée à l’époque Passage Tivoli, car elle donnait sur les magnifiques jardins du même nom,  fréquentés par la bonne société parisienne des années 1830, ce qui n’excluait pas le libertinage, voire la prostitution mondaine. Michel Bouquet qui a toujours été très discret sur sa vie privée, mais dont nous savons qu’il n’était pas indifférent aux charmes des femmes, devait y faire des rencontres intéressantes et intéressées.

Ce magnifique parc sera fermé en 1842 pour y réaliser également un très grand complexe immobilier. Il vit donc dans un quartier moderne, et très près de la première gare parisienne, appelée embarcadère à l’époque, qui mène de Paris sur la rive des premiers grands méandres de la Seine, à Pecq près de Saint-Germain en Laye, soit 19 km. C’est la première ligne ferroviaire française de transports pour passagers et il va en profiter pour faire ses croquis à la campagne. Il a toujours adoré les voyages confortables, notamment le chemin de fer.

Trois ans auparavant, il n’était pas mentionné officiellement dans l’Annuaire des artistes français de Guyot de La Fère, Paris 1832, mais il y fait son entrée dès 1835, adoubé qu’il est par le choix du jury. Par contre il ne figure pas  dans l’opuscule intitulé Salon de 1836 Paris, Renouard, 1836,  écrit par A. Barbier et vendu 2 francs aux visiteurs qui écrit paradoxalement que « Les artistes au moins ne pourront pas se plaindre que la révolution de juillet ne leur ait pas tenu ses promesses : avant cette époque de glorieuse mémoire, c’était à grand peine qu’ils obtenaient une fois en trois ans les honneurs du Louvre.  La demeure royale s’ouvre pour leur donner une large hospitalité ».

Ce n’est donc pas un refus qu’il a essuyé. Alors, un Michel Bouquet trop occupé par les travaux de la galerie des batailles à Versailles ? Ou cette absence s’explique-t-elle par une trop grande production personnelle, puisque ce sont pas moins de quatre huiles sur toile qui vont être présentées – et acceptées – l’année suivante ? On sait qu’un Paysage romantique, une huile sur toile de 41x62cm, datée de 1836 et signée par lui en bas à droite  a été vendu par la maison Delvaux en 2003.

Et, chance pour nous, nous disposons d’une toile signée de sa main datée également 1836, peut-être la même, qui met en évidence sa prodigieuse maîtrise des nuages, son sens de la composition et une approche délicate de la texture des rochers.

 

Le maître des ciels légèrement dorés

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Le maître des nuages délicatement suggérés

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Le traitement délicat des rochers dorés par le soleil couchant

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

La présence discrète de l’eau

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Déjà ses personnages qui l’accompagneront tout au long de sa vie picturale

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Masse rocheuse et légèreté tourmentée de la végétation

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Une approche japonisante

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Le maître de la lumière dorée du soleil couchant

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Et il n’oublie pas que toute vie est mortelle

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Une belle composition

Michel Bouquet, Paysage, huile sur toile, 42x62cm, 1836, © vente Dax, 10 juin 2018

 

Par la suite il fera paraître au Salon les oeuvres suivantes.

 

1837 Soleil levant à travers le brouillard, marine, Huile sur toile, Salon de 1837, n° 185, Musée royal, aujourd’hui musée du Louvre,  Oeuvre non retrouvée

1837 Marée basse, marine, Huile sur toile, Salon de 1837, n° 186, Musée royal,  Oeuvre non retrouvée

1837 Soleil couchant, marine, Huile sur toile, Salon de 1837, n° 187, Musée royal,  Oeuvre non retrouvée

On peut relever que ces  toiles exposées dans le Salon, au Palais-Royal à Paris sont des marines. Rien de plus logique, puisque Michel Bouquet est issu d’une ville portuaire et que son maître s’appelle Théodore Gudin, le spécialiste de la peinture historique marine. Mais lui choisit de représenter des paysages avec des thématiques touristiques : marée basse, soleil levant, soleil couchant. En effet il n’est pas sans ignorer que les élites parisiennes sont de plus en plus attirées par les espaces balnéaires, qui deviennent – par la grâce du peintre – des espaces de détente et de rêve accrochés aux murs de leurs salons. Il est parfaitement au courant que la propre femme du roi Louis-Philippe, la reine Marie-Amélie en personne a fait un don pour la Société des Bains de mer en 1837 à Port-Louis.  Michel Bouquet sent et accompagne le nouveau regard que portent sur la mer et ses rivages les membres de la haute société, les nouveaux modes de vie des personnes disposant d’une valeur inaccessible aux autres couches sociales, le temps libre.

Des marines donc, mais il va rapidement ajouter une autre corde à son arc, tendu qu’il est, vers l’efficacité vendeuse.

 

2 Médaillé trois ans après sa réception au Salon pour ses paysages bretons

1838 Bois et étang du Ter, près Lorient, Bretagne, Huile sur toile, Salon de 1838, n°175, Musée royal, Médaille de troisième classe,  Oeuvre non retrouvée

Nous n’avons aucune idée du devenir de cette toile. Qui la possède aujourd’hui ? Est-elle détruite ? Des questions sans réponses. En tout cas la mairie de l’époque aurait pu se porter acquéreur, car il n’est pas courant pour un jeune peintre de recevoir une médaille à un salon si exigeant sur ses critères. Mais était-elle au courant de l’exposition de cette toile ? En 1837 Lorient est si loin de Paris..

1838 Ruines de l’abbaye de Lanvaux, Morbihan, Huile sur toile, Salon de 1838, n° 176, Palais de Combleval, Saint-Cloud, détruit en 1870

L’abbaye cistercienne  de Lanvaux,  fondée en 1138,  est située au lieu même de la rencontre d’une ligne de crête avec une vallée. Le dénivelé est très marqué, couvert de bois, et surplombe l’abbaye.  Cette dernière domine elle-même un espace  constitué de marais et d’une rivière, le Loc’h. C’est très exactement le genre de paysage que Michel Bouquet va souvent représenter. Après la révolution, le domaine cistercien est vendu à un négociant de Lorient.   Il a pu peindre le mur encore debout du chevet de l’église datant du XVe siècle. Une incursion dans le domaine pictural romantique, car c’est un mouvement porteur.

1838 Vue d’une forge en Bretagne, Huile sur toile, Salon de 1838, n°177, Musée Royal,  Oeuvre non retrouvée

 Il n’hésite pas non plus à peindre ce qui pour lui doit représenter la modernité, la première révolution industrielle. Son premier dessin connu daté de 1827 montrait déjà une cheminée d’usine. Il n’était pas courant qu’un peintre du premier tiers du XIXe siècle se détachât de la peinture historique ou de la peinture romantique pour exposer une oeuvre qui soit la représentation d’un investissement commercial, mais aussi la mise en scène du nouveau pouvoir qui s’installe, celui des capitaines d’industrie. Parmi ces rares peintres, on trouvait  Théodore Chassériau qui avait également produit deux ans auparavant en 1836 une aquarelle sur ce thème, Forge au Creusot, une des premières vues de la condition ouvrière.
.
Théodore Chasseriau, Forge au Creusot, aquarelle, 24x33cm, 1836 © Musée du Louvre, Département des Arts graphiques
.
Michel Bouquet répondait peut-être à la commande d’un nouvel entrepreneur lorientais.
Cet industriel lorientais, Charles-Marie Villemain, associé à des banquiers comme Mancel et Tondut va créer une verrerie en 1824, puis une fonderie en 1827 non loin de l’abbaye de Lanvaux. C’est fort probablement cette dernière que Michel Bouquet a également exposée au salon. Comme il a présenté ces deux oeuvres en même temps, et qu’il les a accolées numériquement, on peut penser qu’il les a réalisées dans le même espace. Issu du milieu négociant lorientais, Michel Bouquet devait connaître les propriétaires de la fonderie et plus particulièrement Charles-Marie Villemain, puisque ce dernier a été élu député en 1819,  a occupé la place de maire entre 1832 et 1834 et par la suite sera nommé sous-préfet de Lorient. C’est un homme fortuné puisqu’il figure parmi les cent contributeurs les plus imposés du Morbihan et Michel Bouquet a toujours adoré et su élégamment fréquenter les personnages riches et influents.  Ce sera un des fils conducteurs de sa vie. Regarder les arbres et le ciel aussi.

Michel Bouquet, Effet de soleil couchant, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 226, L’ Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts, Paris, 1839, tome 3 © Gallica

 

Il déménage et s’installe, toujours à Paris, 15 rue Tronchet. S’il avait présenté en 1838 un Paysage, une Huile sur toile, Salon de 1837, n° 177, de format ovale, c’est une autre oeuvre intitulée  Paysage, Effet de soleil couchant, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 226, Musée Royal qui le projette au premier plan. En effet, honneur suprême, cette toile fait l’objet d’une reproduction dans l’Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts sous le titre Paysage soleil couchant, dessin, Paris, 1839, tome 3. La composition de cette oeuvre présente un côté romantique et japonisant. Il s’agit peut-être d’un paysage imaginaire. Dans la même revue sont présentées des reproductions de Chasseriau, Descamps, Delacroix, Flandrin, Gavarni, Noël. Quel dommage que nous n’ayons pas les couleurs de cette toile !

Michel Bouquet, Effet de soleil couchant, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 226, L’ Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts, Paris, 1839, tome 3 © Gallica

 

On est très proche de ce que fera six ans plus tard l’artiste américain Thomas Cole, 1801-1848, fondateur de la Hudson River School

Thomas Cole, The Lonely Cross, 1845, huile sur toile, 61x61cm © Musée d’Orsay

 

Le tableau de Michel Bouquet a figuré au musée du Luxembourg, selon Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1880 ; au Musée du Louvre selon Emile Bellier de la Chavignerie et Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l’Ecole française depuis l’origine des arts du dessin jusqu’à nos jours, Paris, 1882, Tome 2. Mais nous ne disposons  à ce jour que de cette reproduction en noir et blanc.

 

Un paysage de style japonisant

 

Michel Bouquet, Effet de soleil couchant, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 226, L’ Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts, Paris, 1839, tome 3 © Gallica

 

Un paysage avec deux chèvres et une gardienne regardant la mer, la version maritime du paysage rousseauiste

Michel Bouquet, Effet de soleil couchant, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 226, L’ Artiste, journal de la littérature et des beaux-arts, Paris, 1839, tome 3 © Gallica

 

Ce paysage est très admiré par Alexandre Barbier « Grâce au ciel ! Nous voici sous le soleil, et du vrai soleil, du plus doré, du plus pur, comme en faisait Claude Lorrain. Il est impossible de s’imaginer, sans l’avoir vu, le charme de ce joli petit tableau et sa fine lumière, et sa ravissante harmonie, et la suavité de son exécution veloutée. Je n’ai qu’un reproche à lui faire, et le voici : c’est d’être si près de la perfection des ouvrages de Claude et si parfaitement jeté dans le même moule, que l’on pourrait à la rigueur lui refuser les honneurs de l’originalité. » Alexandre Barbier, Salon de 1839, Paris, Joubert, 1839, p. 115.

Ceci amène plusieurs commentaires. D’abord il confirme, ce que nous savions déjà par plusieurs lectures, que Michel Bouquet était un admirateur inconditionnel de Claude Lorrain. Ensuite l’analyse du critique met en évidence ce que la critique dominante, pas seulement les professionnels de ce genre littéraire, mais aussi le jury, et les futurs acheteurs attendent d’un tableau : la maîtrise exceptionnelle du coup de main, de la technique gestuelle de l’artiste / artisan qui permet de rendre les attendus des spectateurs de la première moitié du XIXème siècle ; la lumière qui irise toute la toile, signe d’une très haute maîtrise technique ;  l’harmonie qui est un point nodal que l’on recherche dans les toiles, et enfin le luxe des sensations exprimé par les mots charme, finesse, suavité, veloutée, ce que l’on attendrait du contact de la peau d’une jeune femme.

 

 Salon de 1839, dessins par les premiers artistes, Paris, Au bureau du Charivari, 1839 © Gallica

 

Le peintre ne vend pas seulement une toile aux yeux de l’acheteur, il vend une maîtrise technique que l’on ne trouve que rarement ailleurs, et aux yeux des marchands et capitaines d’industrie qui brassent toute la journée de l’argent, il y a beaucoup d’hésitations dans l’acte d’achat d’un tableau. Ceux-là veulent trouver chez un peintre la valeur travail, ceux-ci un investissement pour une plus-value financière, les autres, très haute bourgeoisie ou aristocratie, un paysage qui correspond à leurs idéaux de vie, de culture, d’otium et de contemplation.

Les critiques artistiques sont quasi-exclusivement des hommes… Les historiens ont l’habitude de déplorer la faible représentation de femmes peintres – ce qui n’est pas tout à fait vrai, 23 % des exposants distingués par des récompenses du jury au salon de 1835 sont des femmes  –  mais il n’y a quasiment aucune femme exerçant la fonction de critique d’art dans les années 1830.  George Sand ? Dans l’anthologie George Sand critique 1833-1876, du Lérot, 2007, sous la direction de Christine Planté, ce sont surtout des critiques littéraires qu’elle écrit, et même si le peintre Fromentin est cité, c’est de littérature dont il s’agit. S’intéresse-t-elle aux arts du XIXe siècle ? Si elle visite les salons, lorsqu’elle parle d’art dans Questions d’art et de littérature, 1878, c’est de Raphaël, du Titien, de Véronèse, d’Ingres, de Calamatta et ses idées sont assez plates. Encore faut-il savoir également que Calamatta avait fait un portrait gravé de George Sand, à partir d’un portrait de Delacroix. A-t-elle écrit sur la peinture de Delacroix qui séjournait à Nohant  ? A-t-elle parlé des impressionnistes ? En tout cas elle porte un jugement abrupt sur l’art du XIXe siècle : « La France n’est point artiste. Les artistes forment une classe à part dans l’Etat. Le peuple ne les comprend pas, les nobles les oublient, la bourgeoisie les paye et les corrompt. »

L’année suivante, Michel Bouquet a déménagé et s’est installé 15 rue Tronchet, un peu au nord à moins de cent mètres de l’église de la Madeleine, une rue en plein renouvellement, où le rang social est élevé. D’octobre 1839 à novembre 1841, Frédéric Chopin a habité au n°5, le marquis de Torcy au n°2. Il est à 5 pas de porte du n° 7 où le comte de Pourtalès-Gorgier vient de terminer la construction de son hôtel particulier dans lequel il avait installé une collection extraordinaire, une des plus belles collections d’oeuvres d’art privées d’Europe. Y figuraient notamment un dessin de Dürer, Samson, un Portrait de Mantegna, le Condottiere d’Antonello de Messine aujourd’hui au Louvre, un Portrait d’Esmeralda Brandini de Boticelli aujourd’hui au Victoria et Albert Museum, un portrait magnifique attribué à  Sebastiano del Piombo,

Sebastiano del Piombo, ( attribué à ), Portrait de jeune homme, huile sur bois, 76x93cm, Souvenirs de la galerie Pourtalès © Inha

 

deux Titien, deux Philippe de Champaigne, trois Murillo dont une émouvante Vierge à l’enfant Jésus,  un Rembrandt, un époustouflant Franz Hals, un Horace Vernet orientaliste

Horace Vernet, Thamar et Juda, huile sur toile, 97x129cm, Souvenirs de la galerie Pourtalès ©  Inha

 

et une extraordinaire tête d’Apollon que le futur visiteur de l’Italie et de la Sicile qu’est Michel Bouquet aura pu admirer

Portrait d’Apollon, marbre, Souvenirs de la galerie Pourtalès © Inha

 

Le photographe Adolphe Goupil en a fait en 1863 un premier inventaire photographique dans ses Souvenirs de la galerie Pourtalès, Inha. Nous disposons encore du catalogue de la vente Pourtalès en 1865. Michel Bouquet a-t-il eu l’occasion de les admirer ? Il y a de fortes chances car le comte avait fait l’acquisition de deux toiles de Théodore Gudin, Tempête, hst, 40x63cm, Vue prise en Ecosse, hst, 49x74cm, et on peut visiter cette galerie après avoir pris rendez-vous.

Si c’est le cas, il a dû particulièrement étudier son thème de prédilection, les paysages. Il a pu y contempler un Paysage italique, effet de soleil levant de Claude Gellée dit le Lorrain, une toile de 108x132cm, dimensions de plus d’un mètre qu’il reprendra souvent dans ses grands paysages. Les éléments de ce tableau, le cours d’un ruisseau, un bouquet de beaux arbres, une habitation de simple apparence, une vue arrêtée par un relief proéminent, de petits personnages, sont les bases de la plupart des toiles de Bouquet, l’archétype étant les Bords du Scorff, voir un peu plus loin ci-dessous

 

 Claude Gellée dit Le Lorrain, Paysage italique, effet de soleil levant, huile sur toile, 108x132cm, 1642, Souvenirs de la galerie Pourtalès © Inha

 

Il peut y contempler une autre étude de Claude Le Lorrain, faite dans le golfe de Naples. Est-ce à lui qu’il pensait lorsque quelques années plus tard, il peindra des toiles de cette baie, et selon une technique qui sera chère par la suite à Claude Monet, le même paysage à différentes heures du jour ?

Michel Bouquet a pu aussi admirer dans cette collection un Rivage de la mer à marée basse de Bonnington, huile sur toile, 36x50cm ; une Vue de clairières du suisse M. Topper, avec effet de neige et sur le devant, quelques paysans chargeant des sacs de charbon sur un traîneau, humbles que Michel Bouquet mettra quasi-systématiquement en scène dans ses paysages. A gauche et plus loin un chasseur accompagné de chiens, deux thèmes qui empliront son espace pictural dans sa faïence Chaumière sous la neige et ses huiles sur toile dont sa Halte de chasseur à Fontainebleau.

En 1839 il expose deux huiles sur toile qui font référence explicitement à son Lorient natal : 

1839 Vue prise sur la rivière de Blavet, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 227, Musée royal, Oeuvre non retrouvée 

1839  Vue prise près Lorient, Bretagne, Huile sur toile, Salon de 1839, n° 228, Musée royal, Oeuvre non retrouvée.

Il est distingué pour la seconde œuvre d’une médaille de troisième classe. Cela lui vaut un commentaire très positif de Louis Ratissier s’adressant à un de ses amis « Vous avez admiré au Louvre un beau paysage de Michel Bouquet, Vue prise aux environs de Lorient » in Louis Ratissier, L’Artiste, journal de la littérature et des Beaux-arts, 1839, tome 4,  p. 14. Encore une fois nous ne disposons d’aucune reproduction de cette oeuvre et nous ignorons quel a été son destin. Figure-t-elle aujourd’hui encore dans une collection privée ?

 

3 La Bretagne : une veine artistique exploitée tout au long de sa vie

Il va montrer son attachement à sa région natale en peignant sur le thème de la Bretagne tout au long de son existence.

1843 Vue de l’île de Groix, côtes de Bretagne, Pastel, Salon de 1843, n° 1203 du livret du Salon,  Oeuvre non retrouvée

1845 Vue du port et de la ville de Lorient, prise de la rade, 103x188cm, Salon de 1845, n° 194 du livret du Salon, Commande de l’Etat du 8 février 1844, Don du Ministère de l’intérieur, 1845 ; Auguste Castan, Catalogue des peintures, dessins, sculptures et antiquités du Musée de Besançon, n° 40, Besançon, 1886; Inventaire D.845-1-1, Musée de Besançon

Michel Bouquet, Vue du port et de la ville de Lorient, prise de la rade, huile sur toile, 103x188cm, Salon de 1845 © Musée de Besançon

 

1857 Une vallée près de Lorient, Morbihan, Huile sur toile, Salon de 1857, n° 355 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1857 Environs de Quimper, pastel, Exposition du 8 mars au 10 mai 1857, à Bordeaux, Oeuvre non retrouvée

1857 Une mare à Kervegan près Quimperlé, Huile sur toile, 71x100cm, Salon de 1857, n° 356 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1857 Landes aux environs de Quimperlé, Huile sur toile, Salon de 1857, n° 358 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1858 Mare près Quimperlé, Huile sur toile, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 53 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1858 Effet de pluie, en Bretagne, pastel, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 53 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1858 Clairière en Bretagne, pastel, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 54 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1858 Au pont de Cesson, près Rennes, pastel, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 55 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1858 Prairies près Rennes, pastel, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 56 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1859 Maison à l’étang en Bretagne, Dessin sur papier brun, mine de graphite rehaussé de blanc, Galerie Molinas

Michel Bouquet, Maison à l’étang en Bretagne, Dessin sur papier brun, mine de graphite rehaussé de blanc, 1859 © vente Galerie Molinas

 

1859 Bords du Scorff près de Lorient, Morbihan, Pastel, Salon de 1859, n° 373 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1859 Bords de l’Ellé, près de Quimperlé, Finistère, Pastel, Salon de 1859, n° 374 du livret du Salon,  Oeuvre non retrouvée

1859 Naufrage sur les côtes de Bretagne, Huile sur toile, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 9 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1859 Bords du Scorff, près Quimper, le matin, Huile sur toile, Salon des Amis des Arts de Bordeaux, n° 70 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1861 Le vaisseau le Vétéran commandé par S.A.I. Le prince Jérôme entre dans la baie de Concarneau le 25 août 1806, Huile sur toile, 82x117cm, Salon de 1861, n° 367 du livret du Salon, Commande de l’Etat, don de l’empereur Napoléon III, dépôt de l’état en 1875, Brest, Musée des Beaux-Arts

Michel Bouquet, Le vaisseau le Vétéran commandé par S.A.I. Le prince Jérôme entre dans la baie de Concarneau le 25 août 1806, Huile sur toile, 82x117cm, Salon de 1861 © Brest, Musée des Beaux-Arts

 

Un thème, les Bords du Scorff,  reviendra souvent dans son oeuvre. Il y consacrera même un poème paru dans une revue célèbre, la Revue britannique en 1878. Cette passion pour la poésie lui vient aussi de son amitié, selon les écrits de son neveu, avec le célèbre poète breton, Auguste Pélage Brizeux.

Ici son approche picturale synthétise le paysage pastoral exigé par les institutions officielles – avec un public d’acheteurs qui suit religieusement les injonctions des jurys – et le paysage-portrait, innovation mentale qui montre une reproduction fidèle de l’environnement qu’a sous les yeux le peintre Michel Bouquet, et qui lui assure des revenus de la part d’un autre public acquis aux idées nouvelles, celles de la représentation d’un paysage réel. Toujours l’efficacité vendeuse..

 

Michel Bouquet, Les bords du Scorff, huile sur toile, 71x101cm, sans date, © vente Berne, 8 novembre 2013

 

Voici la nouvelle saison.
Que chantes-tu, jeune pâtre ?
Cher petit pâtre, que chante aussi
Le petit oiseau sur la lande ?

le pâtre

L’oiseau tout plein de joie
Chante et chante son ami ;
Sur la lande ainsi que chaque oiseau,
Chaque pâtre chante sa douce.

 Auguste Brizeux, La Harpe d’Armorique, Œuvres de Auguste Brizeux, Alphonse Lemerre, 1887, vol.1, p. 185
En sus, dans ce cas précis, Michel Bouquet substitue au paysage classique, faisant traditionnellement référence aux écrits antiques grecs et latins, un paysage celtique célébrant la terre bretonne dans son écrin intime, la lande vallonnée. Ce faisant, il se pose en reflet pictural des écrits de l’écrivain romantique breton, Brizeux.
.
.

1861 Départ le matin des bateaux de Concarneau pour la pêche à la sardine, Huile sur toile, Salon de 1861, n°369 du livret du Salon. Oeuvre non retrouvée. Un thème rare chez cet artiste.

Il en est de même pour sa période de production dans le domaine de la faïence.

1863 La mare aux vaches en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1863, n° 1973 du livret du Salon. Une des deux peintures exposée par la Manufacture de Sèvres à l’exposition universelle de Londres, elle figure dans Le magasin pittoresque, 1864, p.380, et appartenait à M. Vilme à Londres selon Demmin

 

Michel Bouquet,  La mare aux vaches en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1863, Le magasin pittoresque, 1864, p.380

 

1864 La vallée du Diable près Lorient, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1864, n° 2051 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée. Il s’agit d’un espace géographique escarpé créé par le cours de l’Ellé entre Arzano et Plouay, entre Finistère et Morbihan.

1864 Paysage breton près de Quimperlé, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, 30x39cm, don de l’artiste, Musée de Limoges

Michel Bouquet, 1864 Paysage breton près de Quimperlé, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, 30x39cm, don de l’artiste, 1864, © Musée national Adrien Dubouché, Limoges

L’intitulé breton montre que Michel Bouquet entend le concept de paysage non comme un concept physique, un paysage naturel, mais bien comme un concept culturel.

 

Un classique dans l’oeuvre picturale de Michel Bouquet : Pors-Aven, rivière bordée de collines et d’arbres, barque, nuages filants

Michel Bouquet, Bord de rivière à Pors-Aven, 18x34cm, pierre noire, lavis et rehauts de blanc, s.d. © vente, lot 73, Le Calvez, Auvers-sur-Oise, 25/07/2013

 

Un thème rare chez Michel Bouquet, la représentation de paysages urbains

Michel Bouquet, Quimper en bord du Steir, Fusain et gouache, 23x33cm, août 1862 © vente L’ Âme bretonne, lot 467, 22 juillet 2018

 

Ci-dessous, Michel Bouquet se fait encore une fois le peintre des humbles avec la représentation des habitants de la forêt : des charbonniers ? Le paradoxe, c’est que cette scène soit dédicacée à l’un des hommes les plus riches de Morlaix, Edmond Puyo, qui est également un homme politique en vue, puisqu’il est le maire de Morlaix.

Un arbre à droite d’une belle finesse d’exécution, sauf une branche qui part sur la droite et qui aurait pu être plus travaillée. Une pauvre hutte, délabrée, tellement ouverte au vent qu’on se demande s’il s’agit d’une réelle maison d’habitation. Deux personnages à gauche, un homme parlant à une femme assise, quatre poules au centre, la forêt. La présence des poules marque quand même la présence permanente des habitants…

 

Michel Bouquet, Hutte bretonne, lavis, signé, daté et dédicacé à Edmond Puyo,  1865 © Musée des Beaux-Arts de Morlaix

 

S’agit-il d’un don fait par Michel Bouquet à Edmond Puyo dont il était l’ami ? Ou est-ce ce dernier, peintre amateur à ses heures,  qui lui a acheté ce lavis ? Quel message en tirer ? Au regard du château, celui de Bagatelle,  qu’occupait Edmond Puyo à Morlaix, un rappel que les pauvres et la misère sont très présents à Morlaix, et que le premier édile, catholique, de la ville doit toujours avoir cette réalité en tête ? Michel Bouquet était connu à Roscoff pour ses dons et aides vis-à-vis des indigents.

 

Château de Bagatelle, Morlaix © http://monfinistere.over-blog.com

 

1865 L’Elorn près de Sizun, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, 54x81cm

1865 Bords de rivière en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, n° 2313 du livret du Salon

1865 Paysage près Lorient, Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, Oeuvre non retrouvée

1865 Paysage près Quimperlé, Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, Oeuvre non retrouvée

1865 Ferme bretonne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, Oeuvre non retrouvée

1865 Près Quimper, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, Oeuvre non retrouvée

1865 Mare près Quimperlé, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865

1865 Paysage près Rennes, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1865, Oeuvre non retrouvée

1866 Michel Bouquet, Côte rocheuse, Huile sur toile, 60 x 77 cm, signée en bas à gauche, dédicacée à Edouard Corbière et datée du  7 décembre 1866. Une toile faite dans les environs de Roscoff.

 

Le maître de la représentation des vagues

Michel Bouquet, Côte rocheuse, Huile sur toile, 60 x 77 cm, signée en bas à gauche, dédicacée à Edouard Corbière, 7 décembre 1866 ©  vente Dupont, Morlaix,  25 juin 2018

 

1867  Vallée dans le Morbihan, Huile sur toile, 73x121cm, 1867

 

Une très belle maîtrise de la lumière au soleil couchant

Michel Bouquet, Vallée dans le Morbihan, huile sur toile, 71x101cm, 1867 © vente Guillaume Le floc’h, Saint-Cloud, 8 février 2015

 

1867 Bords de rivière en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1867, n° 1649 du livret du Salon, hors-concours, Oeuvre non retrouvée

1868 Roscoff à marée basse, Dessin, Exposition des beaux-Arts, Paris, 12 juin 1868

1870 Marée basse, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1870,  n° 3125 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1870 La grotte de Crozon, baie de Douarnenez, Huile sur toile, Salon de 1870, n° 348 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

Entre 1870  et 1880, il peint un Lavoir Breton, une huile sur toile d’une dimension qu’il utilise de temps à autre, 71 cm de hauteur sur sur plus d’un mètre de largeur. Cette toile a été achetée à l’artiste en 1883. Remarquons qu’il n’écrit pas Breton avec une minuscule comme le voudrait le respect de la langue française qui faisant de breton un adjectif lui assigne cette graphie, mais avec un B majuscule, volonté de mettre en avant sa passion pour son pays natal. Mais comment faut-il regarder cette oeuvre ? S’abandonner aux joies de la sensibilité ou la contempler avec les exigences roidies de la rationalité technicienne ?

 

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Une oeuvre où, au travers d’un camaïeu de verts, la couleur de la nature septentrionale est dominante

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Le maître des eaux calmes et reposantes

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880  © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Le peintre des humbles : les lavandières

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Le maître des contrastes ombre/lumière pour donner de la profondeur à la toile

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Fleurs sauvages des printemps bretons, sources autrefois sacrées, marque de l’homme sur le paysage

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Pente et chemins tracés par les usagers de la terre depuis des temps immémoriaux, ensauvagement et nature maîtrisée

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Possession du sol, chemin terreux et feuilles ébouriffées

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Le maître des arbres et de la profondeur de champ, un effet vaporeux des feuillages comme Claude Le Lorrain ; Bretagne et Lorraine, deux destins historiques semblables

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

La vie secrète des arbres, ombre et soleil

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Feuillages et branches à la quête de la lumière. Le léger vent fait chanter les feuilles.

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

Le maître de la recherche des tons verts

Michel Bouquet, Lavoir Breton, huile sur toile, 70x101cm, n° inv. 55-109, signé en bas à droite, entre 1870 et 1880 © Musée des Beaux Arts de Quimper

 

1871 Le marais en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Oeuvre non retrouvée

1873 Une vue des bords du Scorff, près Arzano, Finistère, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Oeuvre non retrouvée

1874 Pêcheurs de sardines sur les côtes de Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1874, n° 1935 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1875 Paysage breton, aquarelle, 29x46cm

1875 Allée du Pont-al-Lourch à Keremma, Huile sur toile, 46x38cm

1875 Keremma, Finistère, Huile sur bois, 113x63cm

1876 Roscoff, vue de la grève, Lavis d’encre, rehauts de gouache, 23x32cm

1876 Marais de Kanfroux près Keremma, Finistère, Huile sur toile, Salon de 1876, n° 248 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1876 Ruisseau, dans le parc de Keremma, Huile sur toile, Salon de 1876, n° 249 du livret du Salon

1877 La plage de Keremma à la marée montante, Finistère,  Huile sur toile, Salon de 1877, n° 280 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1877 Près Keremma, Huile sur toile, Salon de 1877, n°281 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1877 Un étang en Bretagne, Peinture sur émail stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1877, n° 2349 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1878 Chaumière de Keremma, Lavis d’encre brune, 25x38cm

1878 Un marais à Keremma, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1878, n° 2498 du livret du Salon

1878 Une ferme à Keremma, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1878, n° 2499 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1878 Les bords du Scorff, croquis à la plume

1879 Paysage en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, Salon de 1879, n° 322 du livret du Salon, Oeuvre non retrouvée

1880 Roscoff, Cale du Vil en 1880, lavis d’encre noire, repassé à la plume d’encre brune sur papier crème, 5x9cm

1880 Côte de Bretagne, lavis d’encre noire, repassé à la plume d’encre brune sur papier crème, 5x9cm

1881 Souvenir des bords du Scorff, en Bretagne, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu,  n° 2532 du livret du Salon,  Oeuvre non retrouvée

1882 Forêt en Bretagne, Lavis, rehauts de blanc, papier

1885 Ferme en Bretagne, Huile sur toile, 49x105cm

1886 Marine, Lavis d’encre noire sur papier blanc, 21x32cm

1889 Cabane bretonne sous la neige, gouache, 27x42cm

1889 Keremma, Huile sur toile, 59x47cm

Bateau breton, Dessin au crayon, 25x38cm, s.d.

Bords du Scorff, Huile sur toile, 71x101cm, s.d.

Cabane bretonne, Lavis d’encre brune, 21x29cm, s.d.

Environs de Keremma, Tréflez, Lavis d’encre noire, rehaut de gouache blanche sur papier crème, 13x22cm, s.d.

Ferme près de Kervégan, Dessin au crayon, gouache, 27x39cm, s.d.

Le château de Tonquédec, Côtes d’Armor, Dessin, s.d.

L’écluse sur le canal de Brest, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, s.d.

Paysage breton, Pastel sur papier, 60x48cm, s.d

Paysage breton, Huile sur toile, 48x68cm, s.d.

Plage de Keremma, Peinture sur émail cru stannifère, Faïence au grand feu, 17x30cm, s.d.

Plage de Keremma, Huile sur toile, 50x94cm, s.d.

Paysage breton, chemin dans la forêt ou retour à l’étable, huile sur toile, 48x107cm, s.d.

Paysage breton, Pastel sur papier, 60x48cm, s.d.

Paysage breton de marais, huile sur toile, 48x68cm, s.d.

Plage de Roscoff, aquarelle, s.d.

Roscoff vue de la plage de l’Aber, peinture sur panneau de bois, s.d.

Vallée dans le Morbihan, Huile sur toile, s.d., Oeuvre non retrouvée

 

Une vie sous le signe de la Bretagne. Mais revenons en arrière. Après le décès de ses parents, en 1840, il a vendu sa maison natale à Lorient, à un marchand de draps, nommé Jacob. Il dispose donc d’une surface financière très correcte. Il en profite pour s’installer au 29 rue Tronchet, partageant l’immeuble avec un général de la Révolution et de l’Empire, le baron Vincent. C’est un artiste qui aime la fréquentation du grand monde, celui de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie. En précurseur de la veille stratégique permanente, il sait qu’un nouveau créneau pictural s’ouvre, les acheteurs en quête de nature, une nature étudiée sur place qu’ils veulent réintroduire dans leurs maisons et appartements. Une clientèle qu’il s’agit de conquérir.

 

 

Bouquet 3 D’emblée le succès : exploiter dès 1835 la vogue naissante de l’attrait parisien pour la Bretagne