12 L’atelier de l’historien François Jégou : l’établissement des faits année par année

1721

3 janvier marché passé entre le général de la paroisse et Nicolas Vallier  et Vincent Pallamos, maçons pour faire l’oeuvre de mains pour la maçonne qui reste à faire au-dessus des vitraux  qui dominent les quatre fermes et montants, depuis l’angle des chapelles pour conduire vers la nef de ladite église ; pour et en faveur de la somme de 70 livres…à charge de faire le dit ouvrage pour la fin du mois. »

1721 7 mars Adjudication du contrat de carême, c’est-à-dire du droit de vendre de la viande aux malades pendant la durée du Carême. Cette adjudication fut faite au boucher Janno moyennant vingt-cinq livres « en présence de Monsieur le recteur.. » Cette délibération porte la signature de l’Abbé Cohalan recteur ; désormais le recteur ou un prêtre par lui délégué assistera aux délibérations du général de la paroisse. Jusqu’à la révolution de 1789, la faculté de vendre de la viande pendant le carême fut le privilège de l’adjudicationnaire du couteau de carême ; il semble que ce fut le nouveau recteur Cohalan qui introduisit cet usage à Lorient. Adjugé moyennant 25 livres en 1721, le couteau de Carême atteignit bientôt des prix beaucoup plus avantageux et forma l’un des revenus de l’Hôtel-Dieu.

1721 7 mars Marché passé entre le général de la paroisse de Saint-Louise et le Sieur Pierre Pégé, pour la fourniture de quatre vitraux, façon et fourniture du fer, pour l’église paroissiale au prix de onze sols la livre du poids de 16 onces, les vitraux mis en place pour le mois de mars 1722. Pégé s’engagea à donner gratuitement et à placer dans le lieu désigné dans l’église , une horloge d’une grandeur raisonnable pour le service de la paroisse. Le vitrage fut adjugé le 8 avril 1721 au Sieur Jacques Quinerit, vitrier à Lorient, au prix de 14 sols 6 deniers le pied de 12 pouces au carré

1721 8 avril Adjudication des halles de Lorient au prix de 7 livres par an chaque boutique ou étal de boucher aux Sieurs de la Fontaine-Gougeard et Le Sage Saint-Germain. Ces halles appartenaient à l’église et consistaient en appentis adossés au mur du cimetière, extérieurement.

1721 2 juin Délibérations des paroissiens de Lorient  assemblés en la sacristie , en présence du recteur, qui règle les attributions de chacun des deux fabriques. L’un d’eux eut la régie des biens, revenus et casuels de l’église, sous le nom de Trésorier Marguillier ; l’autre fut chargé de toucher et de faire les collectes des deniers royaux sur les rôles des égailles et et départition des régisseurs nommés pour cet effet. Ce fut la séparation des intérêts civils et religieux. Les deux fabriques nommés ce jour-là furent les Sieurs Marié qui eut la fonction de Trésorier-Marguillier; le Sieur Roussar fut chargé de la partie des impôts. Ce dernier prit la qualité de syndic de Lorient en 1722 : c’est le premier pas vers l’organisation municipale de la ville de Lorient. Un édit du 16 mai 1711 avait toutefois ordonné la nomination de 6 notables pour administrer les intérêts de la paroisse.

1721 28 septembre Délibération dans laquelle il est décidé qu’une demande sera adressée au Parlement de Bretagne pour obtenir l’autorisation de  prélever sur tout le général de la paroisse un impôt annuel de 600 livres, jusqu’à concurrence d’une somme de dix mille livres nécessaire pour faire face aux dépenses nécessitées par les travaux de l’église paroissiale.

1721 9 novembre Délibération dans laquelle on examine une réclamation de privilège  d’un banc dans l’église paroissiale de Lorient par le Sieur Le Blanc et femme , en qualité de Capitaine de l’Isle de Groix. Sur l’avis du Sieur Le Marié, Marguillier, l’assemblée des paroissiens rejeta les prétentions des époux Le Blanc qui s’adressèrent ensuite aux juges d’Hennebont.

1721 Il y a des Suisses du régiment de Carer en garnison à Lorient et au Portlouis. A la même époque un grand nombre d’Alsaciens ou d’Allemands étaient fixés à Lorient.

1721 Le Sieur André Monistrol fournisseur pour M.M. de la Compagnie des Indes en ce port de Lorient.

1721 1er octobre Ordonnance du Roi portant création d’une compagnie d’infanterie de cent hommes, entretenue par la Compagnie des Indes pour la garde du port de Lorient; et par autre ordonnance du 20 octobre 1740 cette compagnie fut portée à trois cents hommes ; le 1er mars 1767, une ordonnance royale régla le service de ce corps de troupes. Cette compagnie successivement commandée par M.M. Plantin et Bessan.

1721 Noble homme Estienne Guiremand demeurant présentement en la ville de Lorient, à l’auberge de la Grande maison tenue par Yves Guillemot et Perrine Mel Veuve de Deffunt Michel Minot . Guiremaud était de la ville de Craisse (?) en Dauphiné

1721 Réparations à Lorient du vaisseau La Gironne

1721 Mariage à Lorient de messire Thomas de la Salle écuyer Sieur de Domée, de la paroisse de Bedon en Béarn et de Mlle Marie Marié de Lorient.

1721 Mariage à Lorient d’écuyer  Paul de Fontbrune major des troupes de l’île de Mascarain et de Mlle Madeleine Duhamel de Lorient

1721 Ecuyer Gilles le Brun , Sieur de la Franquerie, époux de Dame Marie Pépin, Directeur à Lorient, Requête à la chambre des comptes de Nantes pour l’enregistrement de ses lettres d’anoblissement

1721 30 mars Baptême de Jean-Bernard Dietrich, fils de Jean Conrad Dietrich, chirurgien major dans le régiment suisse de Karrer, et de Mlle Dorothée Catherine Averse, parrain Jean Bernard Stalbe, et marraine Mlle Perrine Aubin

1721 François Le Roux, maître canonnier à Lorient

1721 Alexandre Duval de Lanere, écuyer Sieur du Castel d’Enportes à Lorient

12 L’atelier de l’historien François Jégou : l’établissement des faits année par année