12 L’atelier de l’historien François Jégou : l’établissement des faits année par année

1720

3 janvier : Délibération des bourgeois et habitants de Lorient, assemblés dans la sacristie de l’église de la paroisse  » pour conférer avec Messieurs le Recteur et curé et le grand zèle que M. de Rigby, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis et de Saint-Pierre de Rome, capitaine de vaisseaux du Roi et Directeur général de la Compagnie des Indes à présent audit Lorient, a marqué de vouloir par une charité toute particulière donner en pardon les fonds, les payer et fournir à tous les moyens nécessaires pour faire incessamment parachever la construction de l’Eglise , jusqu’à la perfection d’icelle… » Ils décident de lui donner au nom de toute la paroisse  » des marques d’une reconnaissance éternelle non seulement par se soumettre à ses ordres, et obéissance, mais pour faire des voeux pour la continuation de la santé et de la personne de M. de Rigby…et aussi de la Compagnie des Indes et qu’une messe sera dite à cette intention tous les vendredi de chaque semaine. »

1720 21 avril  » Ce jour, 21 avril 1720, à l’issue de la grande messe, tous les habitants convoqués pour l’assemblée dans la sacristie de l’église paroisse de Saint-Louis dans Lorient afin de procéder à la nomination  de deux fabriques en lieu et place des Sieurs Verger et Buzot pour faire les fonctions nécessaires  tant pour l’intérêt de ladite église paroisse que pour faire les levées des deniers royaux auxquelles les dits paroissiens seront sujets et en général tous les subsides , taxes et impositions de la dite paroisse , jointement sans distinction l’un de l’autre et de concert et à la charge de répondre solidairement  l’un pour l’autre sans division ni discussion, à laquelle après avoir pris la voix d’un chacun  des paroissiens assemblés , la pluralité des voix l’ont porté à nommer pour fabriques aux lieux et places des Sieurs Verger et Buzot, le Sieur Nicolas Léger et Benoist Souzy, lesquels seront changés annuellement à pareil jour , et d’autres fabriques nommés à leur place. Le tout en présence de M. le Recteur . Signé Kermoisan de la Fontaine, P. Coulomb, J. Guénéret, Le Sage, Beaupré, Buzot, Le Roux, Pierre Verger, Esnée, Baril, Deigou, Jean Vincent Recteur ( Benoist Souzy ne savait signer).

1720 20 juin …dénombrement des habitants quartier par quartier… et pour cet effet  a été chargé savoir : Le Sieur Aubert pour l’enclos, pour la rue de la petite porte et autres rues adjacentes depuis tout le derrière et le long de la Corderie et la rue où demeure Le Chapellier jusqu’à l’entrée de la rue du Faouëdic. Le Sieur Rousset pour la grande rue ; Le Sieur Caboureau pour les derrières depuis la grande maison , toutes les cabanes qui sont le long de la mer et le long de la Grande rue jusques à la maison du Sieur Boquennay.Le Sieur Callac pour la rue du Faouëdic depuis la grande porte jusques aux confins, jusques au ruisseau qui fait la séparation de la méthairie du Faouëdic. Le Sieur Buzot pour le terrain du Sieur Léger Boullay et la rue de M. Beauregard jusques au moulin, et aux environs de l’église le Sieur Villmezec. Et c’est pour travailler incessamment pour en faire leur rapport dans Dimanche prochain signé de Kermoisan, Roussart, Blanchet, Esnée, Le Sage, Baril, Buzot, Quinerit, Deigou, Callac. Le Recteur et le Vicaire s’abstinrent d’assister à cette délibération.

1720 20 août Délibération des habitants de Lorient relatives au casernement des troupes : « Sur la remontrance faite à M. Rigby commandant à Lorient qui n’ayant pas de casernes bâties et destinées pour loger les troupes…et que les logements qui sont dans Lorient ne sont pas suffisants pour contenir et recevoir les soldats qui vont de ce fait loger chez l’habitant, M. de Rigby…a manqué les instructions par M.Maupoint qui étaient plus à propos « …de prendre des maisons dans Lorient pour caserner les soldats que les habitants ne voudront pas loger en attendant que Sa Majesté ait fait bâtir des casernes… »

1720 20 août Délibération des bourgeois et habitants de Lorient, tenue en la sacristie, relative aux travaux de maçonnerie et de charpente de l’église de Lorient, entrepris par le Sieur Goubert. Prennent part à cette délibération M.Martin, Inspecteur général de la Compagnie des Indes; M.le chevalier de Rigby, général et commandant pour le roi à Lorient; M. de Chassinon, etc., ( absence de prêtres)

1720 Pierre Blancher, hôte tenant l’auberge de l’Amiral, au bas de la rue qui conduit de l’enclos vers le moulin du Faouëdic ( actuellement la maison est occupée par le pharmacien Joubaud – 1871), à l’angle des rues du port et française.

1720 17 mars Arrêt du Conseil d’Etat du Roi, qui ordonne l’inféodation de l’Isle, terre et marquisat de Belle-Isle, au profit de la Compagnie des Indes, et Lettres patentes sur iceluy, à charge pour la Compagnie de relever mêmement du Roi, en fief, foy et hommage-lige à cause de son marquisat de Belle-Isle et de payer annuellement à son domaine suivant les offres, cinquante mille livres à compter du 1er janvier 1719 ; à l’exception de la citadelle, forts, redoutes, ports et havres, , juridiction, droit d’aubaine, épaves et deshérences. Le contrat d’inféodation est  du 22 avril 1720 devant les conseillers du Roi notaires à Paris; il fut confirmé par arrêt du 3 mai 1720 ( Archives nationales)

1720 Avril Lettres patentes portant révocation de la Compagnie de Saint-Domingue créée par Lettres patentes du mois de septembre 1698

1720 Vente par Nicolas le Jaffrezeau demeurant au lieu noble de Kerenpuil à Philippe François Tingry demeurant en l’arsenal de Lorient d’un terrain nommé er-net-ru, situé au lieu de Lorient, sur lequel il y a des maisons couvertes de paille, pour 690 livres.

1720 Décès de messire Jean Vincent, recteur de Saint-Louis de Lorient, Abbé de Rillé. Le vicaire Camenhen fut institué curé d’office. 2 juillet 1720 Ce recteur de la ville de Lorient était âgé de 61 ans, l’inhumation eut lieu le lendemain dans le cimetière de Lorient.

1720 Il résulte d’actes de notaires que dans la campagne, les paiements en billets de banque se faisaient sans difficulté ; 26 juin Paiement fait devant Le Goffer et de Perenno, notaires à Pont-Scorff, par Alain Laurans de Locunel, en Plouay, à Guillemette Cornic, de 360 livres en billets de banque et autres monnaies ayant cours ; 26 juillet Paiement de 3000 livres en billets de banque, chez les mêmes notaires par Yves Pogam de Kergalaran, en Quéven, à Marie Le Pogam, sa soeur, pour prix de vente d’immeuble. Il s’agissait de billets de la fameuse banque Law.

1720 28 juillet Lettres royales nommant Cohalan curé de Lorient. Il obtint l’investiture épiscopale le 26 novembre et fut installé le 30 novembre suivant.

1720 2 juin »L’an de grâce 1720, le 2 juin, je soussigné recteur ay enterré dans le cimetière les corps de 3 esclaves de la Louisiane tués dans le château de Trefaven à cause de leurs révoltes par la garde des soldats invalides dans le château de Tréfaven signé Jean Vincent recteur » Registres de Lorient

1720 Le 3 juillet a été inhumé au cimetière de Lorient le corps du vénérable et discret messire Jean Vincent, abbé de Rillé et recteur de Lorient décédé le jour précédent, âgé de 61 ans et muni des sacrements de pénitence et d’extrême onction. Ont assisté au convoi M. l’Abbé de la Gaillerie ( sic) vicaire d’Hennebont; M. Dipois, recteur de Quéven et de Frapper recteur de Ploemeur. En foi de quoi j’ay signé J. Pashetin prêtre, Camenhan curé.

1720 septembre Etait à ce moment aumônier de la Compagnie des Indes. En 1719 on avait supprimé « l’emploi » d’aumônier de l’arsenal royal.

12 L’atelier de l’historien François Jégou : l’établissement des faits année par année