Bibliographie portant sur la ville de Lorient

 

La bibliographie concernant la ville de Lorient est très vaste, et présente dans de nombreuses bibliothèques ou sur des sites internet.

 

Néanmoins certains documents, livres ou opuscules de toutes natures, ne figurent pas dans les bases de données du site Si Lorient m’était conté, des Médiathèques lorientaises, des Archives municipales sises à l’Hôtel Gabriel ou aux Archives départementales du Morbihan. Certaines parutions figurent dans la base de données de la Bibliothèque Nationale de France, mais ce n’est pas une règle générale.

Dans l’objectif de permettre aux habitants de Lorient de découvrir l’histoire de leur ville, et non pas seulement celle de l’histoire de la Compagnie des Indes qui ne joue plus de rôle dans le quotidien des lorientais depuis juillet 1795, nous mettons des extraits de ces documents – dont certains constituent des raretés pour les bibliophiles –  à la disposition de tous. Les personnes intéressées pour un travail d’exploitation scientifique de ces documents peuvent faire une demande de communication intégrale par l’intermédiaire de la boîte mail placée sur le site.

 

Un ouvrage dont l’auteur est inconnu, imprimé chez Le Bayon-Roger à Lorient. Il décrit notamment le culte de la Raison à Lorient en décembre 1793, la fête de dédicace du temple de la Raison  du 14 janvier 1794 à Lorient, et la fête de l’Être Suprême à Lorient du 20 prairial an II, 8 juin 1794

 

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

 

© Collection privée, Tous droits réservés

 

 

Un autre ouvrage, tout aussi confidentiel, mais présent dans les Médiathèques de Lorient, relate la constitution progressive de sociétés d’entraide – entre élites – à Port-Louis et à Lorient, du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Originalité, l’auteur est un abbé. Un travail de même nature a été mené par l’historien lorientais François Jégou 1825-1890 in La noble et très ancienne confrérie Monseigneur Saint-Nicolas de Guérande, Revue de Bretagne et de Vendée, Tome VI, 1874, pp 5-15 et pp 99-112, suivi deux ans plus tard par l’archiviste et historien Léon Maître 1840-1926 qui publie sur le même thème  Les confréries bretonnes, leur origine, leurs rôles, leurs usages et leurs influence sur les moeurs, Nantes, Vincent Forest et Emile Grimaud, in 8°, 50 p, 1876.

 

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

 

© Collection privée, Tous droits réservés

 

 

Un historique des rues de Lorient par Charles Perint, ouvrage publié entre 1871 et 1873

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

 

 

Un opuscule de 1895 sur la nécessité de faire de Lorient un port de guerre, avec une carte originale

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

 

 

Un très beau travail de monographie historique, réalisé en 1936 dans le cadre d’une conférence à Lorient, par l’aumônier de l’Hôpital-Hospice Bodélio, l’abbé Georges THOMAS.

Il y présente – entre autres – une histoire de l’assistance publique à Lorient depuis sa fondation jusqu’à la Révolution incluse, avec notamment cette magnifique figure d’une vie tout entière consacrée à la charité, aux faibles et aux pauvres qu’est Jeanne-Claire DRONEAU qui mériterait une belle biographie et attend toujours son historien. Pour information, elle serait la belle-soeur de Julien Offray de la Mettrie, philosophe et ami de Voltaire.

Un paradoxe comme on en voit couramment en histoire : le beau-frère Julien rejetait totalement  sur le plan intellectuel l’idée de Dieu tandis que sa belle-soeur Jeanne-Claire consacrait sa vie à Dieu par son action constante en faveur de tous les déshérités. L’éternel combat entre les philosophes du verbe impuissant se disant réalistes, et les humbles personnes ignorant volontairement le verbe, mais soulageant les misères humaines par la puissance de leur action.

L’abbé Georges THOMAS parle dans cet ouvrage de 1936, avec une profonde humanité, des enfants abandonnés pendant le XIXe siècle dans cette ville-port  – 102 enfants abandonnés en 1846 rien qu’à Lorient –  une thématique qui sera reprise 50 ans plus tard par Gérard Le Bouedec in Les enfants de l’Hôtel-Dieu, illégitimité et misère pendant la Guerre de sept ans, Les Cahiers de l’Iroise, n°4, oct-nov 1986, et trois ans plus tard, en 1989 par Jean-Luc Bruzulier in Le problème des enfants abandonnés, : l’exemple de l’Hôpital général de Port-Louis 1770-1789, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, Année 1989, 96-3 , pp. 313-322

 

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

 

Une thèse de Jacques MORET datée de 1938 soulignant l’état d’infection du cheptel bovin lorientais, l’insalubrité des étables et préconisant une pasteurisation obligatoire de tout le lait vendu à Lorient, seul remède à la présence des agents pathogènes   tuberculeux, tout en s’assurant que ce lait vendu soit, outre un produit sain, de saveur agréable.

 

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés

© Collection privée, Tous droits réservés
Bibliographie portant sur la ville de Lorient