Bouquet 31 La collection intégrale du musée municipal de Lorient Partie 5

 

 

Bouquet 31 La collection intégrale du musée municipal de Lorient

Partie 5

 

Narcisse Chaillou, Nantes, 1835 – Guémené-sur-Scorff, 1916, La dernière dent, Huile sur toile, 130 x 102 cm, acheté par la Ville de Lorient en 1885, 1884 © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° GF 12

 

Narcisse Chaillou, élève de Léon Bonnat et de Camille Corot,

Narcisse Chaillou, La dernière dent, Huile sur toile, 130 x 102 cm, acheté par la Ville de Lorient en 1885, 1884 © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° GF 12

 

Exposée initialement au Salon à Paris en 1884, cette création de Narcisse Chaillou a fait l’année suivante l’objet d’une exposition à Lorient, au Musée privé Dousdebès en 1889. Dousdebès était un ancien négociant, amateur d’art et Président du tribunal de commerce de Lorient qui y exposait hors Salon annuel un peu plus de 200 toiles.

Le Musée privé Dousdebès de Lorient construit en 1878 au bord de la mer,

néo gréco-antique avec quatre colonnes doriques en façade

Carte postale, vers 1900-1910 © Collection particulière

 

Situation géographique du Musée au bord de la rade de Lorient, le quartier actuel de la Nouvelle-ville

Photographie sur plaque de verre, 1880-1889 © Archives de Lorient

 

Ce musée privé recélait quelques belles toiles – dont certaines magnifiques selon l’analyse d’un critique d’art venu le visiter – de tableaux anciens de toutes les écoles, principalement des écoles italiennes, espagnoles et hollandaises. Il y eut même des vases antiques de la prestigieuse collection Campana.

Le seul inconvénient était la superficie réduite du local. Pour juger de tableaux qui présentaient des dimensions de 3 mètres, il n’était possible que de reculer de 2 à 3 mètres, ce qui obérait de beaucoup le coup d’oeil.

Ce qui n’empêchait pas qu’on y trouvait dans l’Exposition du Salon lorientais de 1885 Français, Rapin, Elodie La Villette, Debat-Consan, Le Bihan futur conservateur du musée de la Ville de Lorient, Chaillou, Chautron, entre autres. Français, le paysagiste connu à l’échelle nationale, n’en montrait pas moins de 6 toiles.

Jules Noël expose trois aquarelles dont une belle vue de Dinan. Ernest le Corroller n’a envoyé que des fusains. Chaillou de Baud  –  il s’agit de Narcisse Chaillou dont le musée de Lorient possède trois oeuvres présentées sur cette page  –  présentait également plusieurs oeuvres, dont l’Ecuelle cassée, où l’on voit faire de la crêpe de sarrazin à la mode de Quimperlé,  Retour de marché ou encore un tableau que tout le monde admire, Fileuse bretonne.

C’est une vieille femme de Baud qui file doucement au rouet, avec sous son capot blanc, une figure qui fait rêver, le tout dans un  intérieur rustique et le peintre a poussé le souci du détail jusqu’à placer un rayon de soleil glissant discrètement par une étroite fenêtre, in Le Salon lorientais, L’Avenir du Morbihan, 17 octobre 1885

 

L’ancien musée Dousdebès placé au bord de la mer, transformé en salle municipale

Sortie de réunion syndicale pendant la grèves des forges, Photographie, 13 x 18 cm, vers 1906 © Archives de Lorient

 

Cette salle allait aussi connaître en 1907 le passage dans le cadre d’un meeting socialiste d’un homme aux multiples talents. Si Marcel Sembat est connu pour être un homme politique, un guediste révolutionnaire, c’était un positiviste laïque qui se référait paradoxalement aussi à Ernest Renan, qu’avait fréquenté le lorientais Michel Bouquet. Marcel Sembat était – de par sa maîtrise rhétorique – un homme qui savait en remontrer à Clemenceau lui-même lors d’affrontements oratoires restés célèbres.

C’était également un très grand amateur d’art. Marié avec l’artiste Georgette Agutte, dont le père avait été l’élève de Corot, elle-même étant une ancienne élève de Gustave Moreau, où  –  seule femme dans le groupe –  elle travaillait avec Henri Matisse, Paul Signac, Georges Rouault et Albert Marquet.

Marcel Sembat était l’ami de Gauguin, de Matisse, de Cézanne, avec lequel il entretenait des relations épistolaires suivies, voir Christian Phéline, Matisse – Sembat. Correspondance : une amitié artistique et politique, 1904-1922, Lausanne, Bibliothèque des Arts, 2004.

La collection privée de Marcel Sembat et de sa femme Georgette Agutte comptait parmi les plus belles collections de fauves dont des Matisse, Derain, Rouault, Signac, Vlaminck, Van Dongen, Marquet, visibles aujourd’hui au musée de Grenoble.

Je ne résiste d’ailleurs pas au plaisir de vous montrer deux oeuvres de Georgette

 

Un portrait de Marcel Sembat par Georgette

Georgette Agutte, Marcel Sembat dans le jardin de Bonnières-sur-Seine, Huile sur fibro-ciment, 57 x 52 cm, 1912 © Musée de Grenoble

 

Pour rester dans le contexte politique de la venue de Marcel Sembat à Lorient en 1907, une statuette réalisée par Georgette Agutte

 

Maquette en cire de Jules Guesde

Georgette Agutte, Maquette du monument à Jules Guesde, Ville de Roubaix, Cire, 37 x 20 x 20 cm, 1921 © Musée de Grenoble

 

Une femme à la destinée particulière et qui restera elle-même jusqu’au bout. Formant un couple fusionnel avec Marcel Sembat, elle se suicidera peu après sa mort en laissant un billet : « Marcel est parti depuis 12 heures. Je suis en retard. »

 

Cette salle qui connut tant de meetings houleux devint le Musée municipal de la Ville de Lorient, en 1911

La Bretagne Pittoresque, Le nouveau musée municipal, ancienne salle Dousdebès, Carte postale, après 1911 © Collection particulière

 

 

Entretemps qu’était devenue la collection lorientaise de plus de 200 tableaux de Dousdebès ? A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous savons qu’après la mort de leur propriétaire, les tableaux allaient être mis en vente aux enchères et qu’un journaliste de L’Avenir du Morbihan de 1889 en était tout attristé  » Quel malheur que la galerie de tableaux soit mise en vente ! Quel crime de mettre à l’encan ce musée ! ».

 

Un musée municipal déplacé le , à la  Cité des œuvres sociales, actuelle maison des Associations près du cours de Chazelles

L’ancien Musée Dousdebès, un bâtiment emblématique de Lorient détruit dans les années 1960 ?

Ancien Musée Dousdebès et Musée municipal de la Ville de Lorient, Photographie, 10 x 10 cm, 1960-1969 © Archives de Lorient

 

 

Puis cette toile de Narcisse Chaillou est exposée en 2003 à Vannes dans le cadre de l’exposition Bretagne, Terre des Peintres

Narcisse Chaillou, élève de Léon Bonnat et de Camille Corot,  La dernière dent, Huile sur toile, 130 x 102 cm, acheté par la Ville de Lorient en 1885, 1884 © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° GF 12 © Cartel de l’exposition  « Bretagne, Terre des Peintres », Vannes/Suscinio, 2003

 

 

Narcisse Chaillou, Nantes, 1835 – Guémené-sur-Scorff, 1916, Ancienne hostellerie de Guéméné-sur-Scorff, Huile sur toile, 72 x 53 cm, 1892 © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 84

Selon Anne-Marie CHIRON, Le musée de Lorient, 1879-1939, Vol. II, 1994, c’est Auguste Nayel lui-même, Conservateur du Musée de Lorient  depuis 1893 qui a appuyé l’achat de cette oeuvre afin de proposer des créations bretonnes dignes du fonds du Musée de la Ville de Lorient.

 

Narcisse Chaillou, 1835-1916, Ancienne hostellerie de Guéméné-sur-Scorff, Huile sur toile, 72 x 53 cm, 1892 © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 84

 

 

Cette toile a fait l’objet de deux expositions, l’une à Vannes en 1892, l’autre l’année suivante à Lorient au Musée lorientais de la Halle au Beurre, créé en 1879.

 

Une autre oeuvre de ce peintre possédée par le musée municipal de Pontivy

Narcisse CHAILLOU (Nantes, 1835 – Guémené-sur-Scorff, 1916), La vigne derrière le mur, Huile sur toile, 140,2 x 101 cm, avant 1900 © Réserves de la Collection picturale de la Collection municipale de Pontivy

 

 

Narcisse Chaillou, Nantes, 1835 – Guémené-sur-Scorff, 1916, Chrysanthèmes, Huile sur toile, 52 x 37 cm, s.d. © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 85

 

Un tableau très abîmé qui en dit long sur les conditions de conservation et l’intérêt accordé par la mairie de Lorient aux oeuvres des peintres bretons

Narcisse Chaillou, 1835-1916, Chrysanthèmes, Huile sur toile, 52 x 37 cm, s.d. © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 85

 

 

Ernest Chevalier, La barque rose, bateaux à Loquivy, Huile sur toile, 55 x 64 cm, avant 1920 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° 89

 

 Encore un tableau étonnant par son traitement pictural de l’espace

Ernest Chevalier, La barque rose, bateaux à Loquivy, Huile sur toile, 55 x 64 cm, avant 1920 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° 89

 

 

 

Eugène Cicéri, 1813-1890, Quatre Paysages bretons, Dessins, 13 x 5 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 219

 

Faut-il encore présenter Eugène Cicéri, petit-fils du peintre Jean-Baptiste Isabey et neveu du peintre Eugène Isabey ?

Eugène Cicéri est l’auteur des lithographies d’un ouvrage du peintre lorientais Michel Bouquet, Album Valaque, Vues et costumes pit­toresques de la Valachie dessinés d’après nature Paris, Goupil et Vibert, 1843

 

Ici ce sont des Vues de la Bretagne

Eugène Cicéri, 1813-1890, Quatre Paysages bretons, Dessins, 13 x 5 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 219

 

 

Clément Maxime, 1877-1963, Homme au téléphone, Jean Le Coutaller, maire de Lorient 1953-1959 , Peinture sur toile, 109 x 80 cm, © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° GF 14

 

Un rendu très particulier du portrait et de la matière, on dirait un chef d’entreprise américain dans les années 1950 alors qu’il s’agit d’un maire socialiste

Clément Maxime, 1877-1963, Homme au téléphone, Jean Le Coutaller, maire de Lorient 1953-1959 , Peinture sur toile, 109 x 80 cm, © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° GF 14

 

 

 

Clément Maxime, 1877-1963, Portrait d’homme à lunettes, Louis Glotin, maire de Lorient 1959-1965, Huile sur toile, 146 x 105 cm, s.d. © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° GF 13

 

Le premier maire de droite à diriger la ville de Lorient de 1959 à 1965, successeur du socialiste Jean Le Coutaller

Ensuite le parti socialiste tiendra la mairie de Lorient de 1965 à 2020, soit 55 ans de pouvoir ininterrompu à ce jour

Un tableau traité comme une oeuvre du réalisme soviétique des années 1960, finesse ironique de Max clément ?

Clément Maxime, 1877-1963, Portrait d’homme à lunettes, Louis Glotin, maire de Lorient 1959-1965, Peinture sur toile, 146 x 105 cm, s.d. © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° GF 13

 

 

 

Clément Maxime, 1877-1963, Portrait d’homme ( en fait il s’agit du portrait du maire Emmanuel Svob ), Peinture sur toile, 135 x 105 cm, s.d. © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n°  Numéro d’inventaire absent

 

Emmanuel Svob, maire SFIO de Lorient de 1925 à 1929, maire de 1935 à 1941, maire de 1944 à 1946

Père fondateur du Patronage Laïque de Lorient ( PLL ) en 1926

Clément Maxime, 1877-1963, Portrait d’homme ( en fait il s’agit du portrait du maire Emmanuel Svob ), Peinture sur toile, 135 x 105 cm, s.d. © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n°  Numéro d’inventaire absent

 

 

Ce tableau fut exposé un temps à la mairie de Lorient

Jean-Yves Le Drian, maire socialiste de Lorient de 1981 à 1998 devant le portrait d’Emmanuel Svob, fait par Max Clément, ancien Conservateur du Musée municipal de Lorient de 1924 à 1958 © Martine Rouellé, PLL Le Patronage Laïque de Lorient, Liv’Editions, Le Faouët, 2017

 

 

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Femme de pêcheur

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Une jeune femme proposant la pêche de son mari breton à la vente

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Un panier avec un chiffon humide pour maintenir les poissons au frais

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Léger déhanché, élégance vestimentaire et magnifique traitement des plis de la jupe et du tablier

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Pieds nus et galoches à la main

Jules Coignet, 1798-1860, Femme de pêcheur, Fusain, 38 x 25 cm, s.d.  © Réserves de la Collection picturale de la Ville de Lorient, inv. n° 100

 

Une autre oeuvre de Jules Coignet au Musée de Quimper

Jules Coignet, Le chêne au dolmen dans la forêt de Brocéliande, Huile sur toile, 55 x 45 cm, 1836 © Réserves de la Collection picturale de la Musée des Beaux-Arts de Quimper

 

 

Emile Compard, Trieuses de poissons, Huile sur toile, 103 x 168 cm, 1938 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n°  GF 16

 

Emile Compard, Trieuses de poissons, Huile sur toile, 103 x 168 cm, 1938 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n°  GF 16

 

Cette toile a été exposée au Musée du Faouët en 1999

Emile Compard, Les trieuses de poissons, Huile sur toile, 103 x 168 cm, 1938 © Cartel de l’Exposition au Musée du Faouët, Keltia grafic, 1999

 

 

Emile Compard, Le hammam d’Alger, Huile sur toile, 128 x 161 cm, s.d. © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° GF 15

Photographie non communiquée par la Ville de Lorient

 

 

Emile Compard, Les aiguillettes, Huile sur toile, 53 x 72 cm, 1939 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° 101

 

Emile Compard, Les aiguillettes, Huile sur toile, 53 x 72 cm, 1939 © Réserves picturales de la Ville de Lorient, inv. n° 101

 

Cette toile a été exposée au Musée du Faouët en 1999

Emile Compard, Les aiguillettes, Huile sur toile, 53 x 72 cm, 1939 © Cartel de l’Exposition au Musée du Faouët, Keltia grafic, 1999

 

( A bientôt pour la suite de la description intégrale des collections artistiques enfouies dans les réserves picturales de la Ville de Lorient )

 

Bouquet 31 La collection intégrale du musée municipal de Lorient Partie 5